Histoire et patrimoine

Histoire du Village

Plan ancien du chateau et de l'église
A l'époque gallo-romaine Mareil n'était qu'un hameau de bûcherons, situé au nord-est de l'église actuelle... Jusqu'en 1 793 la localité s'appelait Mareuil-en-France. A l'époque gallo-romaine Mareil n'était qu'un hameau de bûcherons, situé au nord-est de l'église actuelle, à proximité de la voie romaine de Rome à Amiens (par Lyon, Lutèce, Saint-Denis, Sarcelles et dépendant de la ville romaine de Luzarches.) Cette colline couverte de chênes au milieu d'une plaine de broussailles, a été défrichée par les bûcherons et mise en culture avec leurs suzerains- les moines de la basilique de Saint-Denis ( moines bénédictins de Cluny de l'Abbaye de Saint-Denis, sous les ordres du Prieuré de Gonesse) qui, au IXème siècle construisirent un couvent à l'ouest de la chapelle de l'époque et sur l'emplacement de l'église actuelle. De ce couvent il ne subsiste qu'une salle de travail (actuellement bergerie au Nord-Ouest de la grande cour de la ferme). Au XIème siècle les moines édifièrent une seconde et plus grande église dont les fondations et le soubassement de l'église actuelle en sont les vestiges ainsi que le bas et la partie inférieure du clocher, les deux tiers inférieurs de la façade et du portail de l'église actuelle qui elle, la remplaça au XVIème  siècle. Les habitations étaient à l'Est et au Nord-Est de l'église et du couvent, puis le village s'étendit à l'Ouest et au Nord. Les bâtiments du couvent furent pour la plupart démolis au XVème et XVIème.

Histoire de la ferme

Comprendre l'architecture de la ferme
A proximité du balcon de la mairie, la porte monumentale permet d’entrer  dans la cour carrée de la magnifique ferme. Dans l’angle opposé au logis, les remises et écuries furent épargnées. Ces communs sont de proportions exceptionnelles et d’une grande qualité d’exécution. La pierre de taille est utilisée pour le chaînage des murs, les bandeaux de façade et les entourages de fenêtres, le remplissage des murs étant en blocage de moellon. Les anciennes écuries présentent une très belle architecture. A l’instar des murs extérieurs, les arêtes et les doubleaux des voûtes sont appareillées, les voûtants étant en blocage. Un lit de charretier a été aménagé dans la voussure de l’écurie. Exceptionnel, il comporte deux couches superposées. Une échelle permet d’accéder au lit du haut. Ce mobilier était utilisé par les charretiers, la veille du convoyage de la paille vers Paris, le départ étant donné bien avant l’aube .

L'église Saint-Martin

L'église Saint-Martin
Ce bel exemple de l’architecture religieuse de la Renaissance en pays de France est construit par le maître tailleur Nicolas de Saint-Michel. La finesse décorative caractérise l’ensemble. Les piliers de la nef à cinq travées présentent tous quatre demi-colonnes doriques surmontées de chapiteaux décorés de frises. Sur ceux-ci s’envolent de nouveaux des colonnes coiffées du même couronnement. L’architecte abandonne les contreforts extérieurs au profit des piles intérieures qui contrebutent tout en créant des espaces utilisés comme chapelles latérales. Les cinq travées de la nef sont éclairées par les baies des collatéraux et ouvrent sur les bas-côtés par des arcades en plein cintre. Le mur de façade ouest percé d’une rose est reconstruit en 1860.La litre funéraire est celle de Louis-Léon Potier, marquis de Gandelu, duc de Tresmes et de Gesvres, pair de France, mort en 1774.

La Tourelle

La Tourelle dans son champ
Ce petit bâtiment nommé la "Tourelle" situé à flanc de colline domine le vallée de l’Ysieux et est très caractéristique du paysage de Mareil vu de la RN 16. Situé au milieu des champs, il servait de captage des sources pour alimenter le Château d’Épinay Champlâtreux. On dit qu’il fut aussi utilisé comme relais de chasse mais sa taille modeste ne semble pas confirmer cette utilisation. Il a malheureusement été laissé à l’abandon et s’est dégradé au cours du temps. Considérant qu’il fait partie de notre patrimoine, nous étions résolus à ne pas voir disparaître un morceau du décor de Mareil. Nous l’avons donc acheté pour 1 euro symbolique et décidé de le restaurer. Grace à une subvention de 70 % du Parc Régional Oise-Pays de France, nous nous sommes lancés dans la restauration. Sous la conduite efficace de notre architecte Sylvère GOUGEON , l’entreprise D.T.L.P.  a su redonner à ce petit bâtiment son aspect primitif en utilisant matériaux et procédés anciens : plâtre grossier au sable, tuiles scellées... Un grand merci à notre architecte, à l’entreprise et évidemment au P.N.R. Voir aussi La Tourelle en images

La Mairie-École

La mairie-école est installée dans une maison construite en 1765
Placée sur un promontoire et cerclée par un haut mur de pierre incluant un Corps de Garde, la mairie-école est installée dans une maison construite en 1765 achetée par le conseil municipal en 1842. En 1867, le bâtiment est agrandi pour recueillir la classe dessinée par l’architecte M. Boulogne. La classe est actuellement transformée en bureaux de la Mairie. La salle du conseil est réaménagée en 1871, de belles boiseries de chêne s’y trouvent encore.

Histoire du bâtiment de la Mairie

Le bâtiment de la Mairie
La maison fut édifiée dans sa forme actuelle en l’an 1765 par la famille Dupiery. Cette maison bourgeoise était sans aucun doute une des belles bâtisses du village non loin du château. Elle fut vendue le 9 octobre 1811 à Nicolas Driancourt (marchand de dentelles) et Marie Beaucerf . Elle passa ensuite dans les mains de Louis Doutrelaine (officier en retraite) et de sa femme Jeanne le 2 octobre 1820 et elle devint la propriété de Maurice Dabot le 16 mars 1826. C’est en 1841 que la commune de Mareil en France acheta cette maison à Madame Dabot. Voir ci-joint des extraits de l’acte de vente. "   Par devant Maître Lechat, Notaire à Villers le Bel Est comparue Madame Marie Doize propriétaire veuve de Maurice Dabot Laquelle a, par ces présentes, vendu . A la Commune de Mareil , susdit Canton d’Ecouen, ce qui est accepté pour elle par M. Bernard Driancourt, Maire de la dite commune .. Une Maison Bourgeoise située au dit lieu de Mareil, rue Mont-Guichet, constituant en un rez de chaussée composé d’une anti-chambre, d’une salle à manger ,d’une cuisine,d’un salon et d’un petit salon, un premier étage distribué en chambre à coucher, petite chambre d’ami cabinet de toilette et demi anglaise. Ce premier étage est surmonté d’un belvédère formant chambre à coucher, deux chambres de domestiques et grenier. Cave sous la dite maison, resserre au devant avec puits à pompe conduisant les eaux dans la maison et le jardin. . Prix La présente vente est faite en outre moyennant le somme de sept mille cinq cents francs que Monsieur Driancourt oblige la commune de Mareil à payer à Madame Dabot .. dans un délai de cinq ans ..." . La commune a modifié légèrement la construction pour y transférer la mairie et l’école qui étaient alors installées rue de l’église dans une partie de la propriété du 13 rue de l’église. Ci-dessous les plans proposés par l’architecte en 1841. L’école fut installée au rez-de-chaussée et occupait donc l’actuelle salle du conseil et des mariages. On remarquera que curieusement la salle à manger du logement de l’instituteur donne directement dans la salle de classe. La Mairie fut installée elle au premier étage dans le logement actuel à proximité de la deuxième partie du logement de l’instituteur. Il est vrai qu’à l’époque l’instituteur faisait aussi traditionnellement fonction de secrétaire de mairie.